Numéro
J. Phys. III France
Volume 1, Numéro 6, June 1991
Page(s) 885 - 907
DOI https://doi.org/10.1051/jp3:1991163
DOI: 10.1051/jp3:1991163
J. Phys. III France 1 (1991) 885-907

Dissociations and friction forces in metals and alloys

A. Couret and D. Caillard

CEMES-LOE-CNRS, 29 Rue J. Marvig, BP 4347, 31055 Toulouse Cedex, France

(Received 17 May 1990, accepted 9 November 1990)

Abstract
50 years after the first basic idea of Peierls, a review is made on the different aspects of friction forces in metals and alloys. Different approachs are compared, and it is shown that all lead to similar results, corresponding to different behaviours in two stress ranges. Experimental results in BCC, HCP, and FCC metals, are in good agreement with these theoretical developments. In a second part, an extension of the Peierls model, called locking-unlocking, is developed on the basis of experimental results in the prismatic planes of beryllium. It applies to many other situations, such as prismatic glide in magnesium and titanium, cube and octahedral glide in LI 2 nickel-based ordered alloys, and possibly some BCC metals. The relation between locking-unlocking and Peierls mechanisms is discussed, as the role of locking-unlocking in the formation of strength anomalies.

Résumé
50 ans après la première idée de base de Peierls, nous faisons une revue des différents aspects des forces de friction dans les métaux et les alliages. Les diverses approches sont comparées, et nous montrons que toutes conduisent à des résultats semblables, correspondant à deux comportements différents dans deux domaines de température. Les résultats expérimentaux dans les métaux CC, HC et CFC sont en bon accord avec ces développements théoriques. Dans une seconde partie, nous développons une extension du modèle de Peierls, appelée blocage-déblocage, sur la base de résultats expérimentaux obtenus dans les plans prismatiques du béryllium. Elle s'applique à de nombreuses autres situations, telles que le glissement prismatique du magnésium et du titane, le glissement cubique et octaédrique des alliages ordonnés LI 2 à base nickel, et peut-être quelques métaux CC. Nous discutons la relation entre les mécanismes de blocage-déblocage et de Peierls, ainsi que le rôle du blocage-déblocage dans la formation des anomalies de limite élastique.



© Les Editions de Physique 1991